VERS L'AZUR NOIR : PRESS BOOK

 

The Jazzmann (I.Mann) - Nov. 2019 - Web (UK)

 

The Joachim Caffonnette Trio is about to embark on a week’s tour of the UK, so now represents a good time to take a look at their new album, released on the German record label Neuklang Records.

Thirty year old Caffonnette is a Belgian born pianist and composer who has established himself as a regular presence on his country’s jazz scene, including a long running residency at Sounds Jazz Club in Brussels. He studied at music colleges in his home city of Brussels, where his tutors included his fellow countryman Eric Legnini. Caffonnette works regularly as a sideman and has also collaborated on theatre productions. Outside Belgium he has performed elsewhere in Europe and also in New York.

In 2011 Caffonnette formed his own quintet, a band that focussed exclusively on the pianist’s own compositions. In 2015 this group released the album “Simplexity” for AZ productions.

In 2016 Caffonnette formed his current trio and the bulk of this new release was recorded in the studio in late 2017, when the band were coming off the back of a twelve date tour. Three more pieces were documented at the Brussels jazz club Cellule 133a in September 2018. The material includes six Caffonnette originals, a version of Thelonious Monk’s “Monk’s Dream” , and two pop-rock covers, The Beatles’ “Hey Jude” and the title song from the documentary film “Sugar Man”.

Joining Caffonnette are two French musicians, bassist Alex Gilson and drummer Jean-Baptiste Pinet, both born in 1990. Each has an impressive pedigree as a sideman and both have worked extensively with a wide range of leading European and American jazz musicians.

Besides his work as a pianist and composer Caffonnette is the chairman of the Belgian jazz association “Les Lundis d’Hortense”, a forty three year old entity dedicated to the promotion of Belgian jazz which organises concerts, tours and workshops and fights for the rights of musicians.

Caffonnette’s credentials as a musician with a social conscience are also evidenced by his album notes, with some compositions being inspired by political or social events, even though the album is far from being a ‘political’ or ‘protest’ record.

Caffonnette’s playing has been compared to that of Wynton Kelly and Herbie Hancock but as this album reveals he is a musician and composer who has absorbed several influences. The pianist was classically taught in his early years before studying jazz piano with Legnini at the Conservatoire Royal de Bruxelles and composition and arrangement with Kris Defoort at Koninklijk Conservatorium, also in Brussels. As his choice of covers reveals he has also been influenced by the sounds of pop, rock and the cinema.

The album commences with the Caffonnette composition “Perspectives”, introduced by the leader alone at the piano but subsequently joined by the tick of Pinet’s cymbals and the anchor of Gilson’s melodic bass. Initially the leader’s rippling piano arpeggios seem to symbolise the concept of shifting perspectives but the trio are soon getting into something knottier and more improvisatory as Caffonnette embarks on his solo, inviting Gilson and Pinet to respond. The rapport that the trio have developed since their formation is reflected in this fiercely interactive performance.

The title of “Inner Necessity” is inspired by a quote from the Russian painter Wassily Kandinsky (1866 – 1944)  and the music represents another example of this trio’s vigorous interplay. It’s a fast moving piece with an agreeably contemporary feel about it as Caffonnette’s fingers dance around the keyboard complemented by energetic bass and drums. There’s also an extended drum feature for Pinet during the latter stages of the tune.

There’s a change of style and pace with the ballad “Tripoli’s Sorrow”, a beautiful but sombre solo piano performance that Caffonnette dedicates to the victims of modern day slavery. “And in the twenty-first century, slavery continues in full view of everybody. But most of us look away”.

The first cover is Caffonnette’s re-writing of the Lennon-McCartney classic “Hey Jude”, which the pianist dedicates to his partner, Judith. Caffonnette re-harmonises the tune, centring it around the thrum of Gilson’s bass. It’s a surprisingly effective treatment that actually enhances the beauty of the familiar melody and also provides the springboard for the trio’s subsequent improvisations.
It’s less arch than a Bad Plus cover and one can imagine its new dedicatee being quite delighted with this inventive, but heartfelt, re-imagining of the song.

The name of the title track is sourced from a line in a poem by Arthur Rimbaud and means “Towards The Black Azure”. Caffonnette uses these words to draw attention to the plight of migrants in the Mediterranean the thousands who “full of mad hope launch themselves towards the black azure”. The album as a whole is dedicated to castaways everywhere.
The first part of the tune is, if anything, even more sombre than the earlier “Tripoli’s Sorrow”, and is a melancholy reflection on the harsh realities of the refugee crisis. Subsequently bass and drums are added in a measured trio performance that combines sadness with a delicate lyricism.

“Sugar Man” is Caffonnette’s arrangement of a song by the American musician Sixto Rodriguez, the subject of the acclaimed 2012 documentary film “Searching For Sugar Man”, directed by the late Malik Bendjelloul. The trio’s version commences with a ruminative passage of unaccompanied piano before entering into a passage of more spirited and energetic trio interplay. The piece also includes a dexterous double bass solo from Gilson, accompanied by the leader’s sparse piano chording and the patter of Pinet’s drums.

The final three tracks were recorded live in a jazz club environment and the positive audience reactions are testament to the quality of the performances.

The first of these is “A Mawda”, dedicated to the memory of a two year old migrant girl, who was killed after a Belgian policeman opened fire on the vehicle that she was travelling in. Although elegiac at times the performance also possesses a bristling energy that becomes more pronounced as the trio stretch out. Finally this is reined in again with the gentle coda.

Documented at the same performance the trio version of “Monk’s Dream” was included on the album due to the fond memories the performance evokes among the trio’s members. Caffonnette demonstrates his bop chops on a lively, swinging, highly interactive trio performance that includes an extended drum feature from Pinet. The three musicians sound as if they’re having great fun, and that spirit of joie de vivre communicates itself both to the audience on the night and to the listener at home. Caffonnette sounds remarkably like Monk at times, and one senses that Thelonious himself would have approved.

The album concludes with the Caffonnette original “Jax And Reddy” of which the composer notes;
“In 2017, in Kentucky, a five year old boy called Jax asked for a haircut just like his best friend Reddy. The two classmates were convinced that, given their resemblance, their teacher would be unable to tell them apart, and they found this hilarious. Our twisted adult minds will smile when we learn that Jax is white and Reddy is black. It felt right to conclude this record on such a note of hope”.
Musically the performance captures the innocence and impishness of its subjects as it develops from an introductory passage of unaccompanied piano to embrace some typically brisk, crisp, playful trio interplay. This includes a show stopping set piece that sees Gilson using the body of his bass as auxiliary percussion in a particularly dazzling passage of rhythmic interaction. The performance is actually edited out before it reaches its conclusion, which is a pity.

This minor cavil aside this is an impressive offering from this excellent Franco-Belgian trio. Caffonnette reveals himself to be a composer and arranger of considerable imagination in addition to being a technically gifted musician and an inventive piano soloist. Gilson and Pinet also acquit themselves well in well integrated and highly interactive trio, and grab their soloing opportunities with relish. The music embraces a broad range of moods, styles and influences and the forthcoming tour should see the trio expanding their British fanbase following their successful UK début at Edinburgh Jazz Festival earlier in the year.

The trio kick off their tour with a return to Edinburgh but unfortunately they won’t be coming anywhere near me, which is a shame. However I’d urge anyone reading this to check them out.

"Une impressionante réalisation de la part de cet excellent trio Franco-belge. Joachim Caffonnette se révèle être un compositeur et un arrangeur à l'imagination considérable en plus d'être un musicien doué techniquement et un improvisateur inventif"

Jazz Views (C.Baber) - Nov. 2019 - Web (UK)  

The title of this set comes from a poem by Arthur Rimbaud and Caffonnette, in his liner notes, uses this phrase to capture the desperate hope of migrants crossing the Mediterranean sea.  This is a motif that he returns to on several occasions – either in memory of a small migrant girl shot by a policeman in Belgium (‘A Mawda’, track 7) or ‘Tripoli’s sorrow’ (track 3) - the latter a mournful ballad and the former shifting between elegy and a post-bop waltz.   The end of ‘A Mawda’ also has a burst of applause and cheers of the live audience from the recording of the final three numbers. The set contains three cover versions.  ‘Monk’s dream’ (track 8) allows Caffonnette to position his considerable post-bop keyboard skills alongside one of his idols; ‘Sugar man’ (track 6) takes a theme from Sixto Rodriguez (who found unexpected fame as a musician in South Africa after leaving the USA); and the Beatles' ‘Hey Jude’ (track 4), which begins with a ticking piano note and strummed bass before gently slipping into the melody – and then into a beautifully realised improvisation.

From around 2016, the trio began playing together and toured the following year before recording the first part of this set. There is a palpable unity in the playing (which the three live tracks emphasise) in which each member of the trio instinctively grasps and responds to his band-mates, and a deep understanding of Caffonnette’s compositions.   The band are currently touring the UK and, if you’re lucky enough to have them pitch up near you, it will be worth going along to see them.

" L'unité est palpable dans le jeu du trio, chaque musicien comprend l'autre et interagit instinctivement, le tout dans une grande maitrise des compositions de Caffonnette".  

Jazz & Mo' (J. De Beule) - Oct. 2019 - Magazine (BE)  

 

Met een verwijzing naar een gedicht van Rimbaud draagt Caffonnette zijn tweede album op aan de vele bootvluchtelingen die zich dagelijks op het zwarte azuur van Middellandse Zee wagen. Zijn engagement vertaalt zich verder in nummers als Tripoli’s Sorrow en A Mawda, ter ere van het 2-jarige meisje dat werd doodgeschoten door de Belgische politie. In dit laatste nummer komen alle fitnesses van het trio naar voren, met vaak klassieke bjiklanken. Elders spreken ze dan weer de taal van bebop. Dat Caffonnette zijn pappenheimers kent, blijkt ook uit zijn versie van Monk’s Dream en zelf Hey Jude. Op papier lijkt dit album een bonte verzameling, in werkelijkheid wordt alles subtiel samengehouden door een gedoseerde stijl, diepgang en een lak aan modes. 

"Sur le papier, cet album semble être un melting-pot eclectique, mais dans les faits, le tout se tient grâce à un style précis, profond et intemporel"

"On paper, this album seems to be a colorful and eclectic mix, but on record everything hangs together, thanks to a precise, deep and timeless style" 

 
 
 

Après un premier et très bon album en quintette (« Simplexity »), le pianiste Joachim Caffonnette revient au trio (avec Alex Gilson à la contrebasse et Jean-baptiste Pinet à la batterie). Le titre de ce nouvel opus, « Vers l’Azur Noir » (qui fait référence à Rimbaud mais aussi aux migrants qui tentent une traversée vers un avenir meilleur) colle parfaitement à l’ambiance générale de l’album : un certain optimisme tempérer par une réalité pas toujours rose.
Joachim ne fait pas de la musique pour faire de la musique, il veut aussi et surtout faire passer des messages, donner son opinion, tenter de conscientiser les gens face aux injustices. Il aurait pu le faire avec rage, mais il le dit avec un certain recul, de façon induite, avec une dose de tendresse, de légèreté et de fatalisme aussi. « Perspective » se gonfle d’une belle énergie baroque et « Inner Necessity » est swinguant en diable, tandis que « Tripoli’s Sorrow » ou « Vers l’Azur Noir » se font plus mélancoliques et poignants. Avec « A Mawda », en hommage à cette petite fille de migrants de deux ans tuée par balle par un policier, il prend tout le monde à contre-pied, ne retenant, dirait-on, que les brefs moments de joie d’une enfance inachevée. L’optimisme est résolument de mise en clôture du disque avec le rayonnant « Jax And Reddy ». Le trio est soudé et toujours en alerte (cet élégant solo de batterie sur « Inner Necessity ») et les échanges sont fluides et vifs (ces relances à la contrebasse sur le délicieux « Hey Jude »). Quant à la complicité, elle est encore plus évidente sur cette merveilleuse reprise de « Monk’s Dream » (enregistrée en concert) qui voyage, s’étire, se transforme et groove du tonnerre. « Vers l’Azur Noir », un album engagé, équilibré et plein d’humanité. Un album qui fait du bien.
Le trio sera en concert lors du prochain Saint Jazz Festival 2019 • Jazz Station. Ça vaudra certainement la peine d’aller l’écouter.

"Joachim doesn't make music just to make music. Above all, he wants to deliver a message, give his point of view and try to raise awareness about injustices" 

"The complicity [between the bandmates) is even more obvious on their marvellous cover of 'Monk's Dream' (recorded live) wich travels, stretchs out, transforms itself and grooves like a dream" 

"'Vers l'Azur Noir', an engaged album, well balanced and full of humanity. An album that makes you feel better." 

 
 

Joachim Caffonnette, musiciens français, label allemand, album citoyen… 

« Vers l’Azur Noir », premier album en trio du pianiste Joachim Caffonnette vient de sortir. Six pièces personnelles souvent empreintes de mélancolie et qui dévoilent un réel talent de compositeur, et trois reprises forment un ensemble varié dont les couleurs et les variations harmoniques aiguisent l’écoute. L’album intègre trois pièces enregistrées en public, histoire de savourer la fraîcheur de la musique de l’instant telle que le pianiste l’a pratiquée depuis ses débuts. Rencontre avec un des pianistes belges qui pourrait marquer ces prochaines années sur la scène belge et européenne.

Propos recueillis par Jean-Pierre Goffin

Qu’est-ce qui fait qu’un jeune d’aujourd’hui se met au jazz ?

Ma mère est comédienne, et pour la musique d’un de ses spectacles, il y avait Steve Houben. Mais c’est une chose dont j’ai pris conscience plus tard. Mon père avait un cédé de medley de big bands, Count Basie et d’autres…. J’ai pris ensuite des leçons de piano et à un moment donné, lorsqu’on aborde les chiffrages, les accords, j’ai commencé à improviser assez vite et mes parents m’ont dit qu’il fallait que j’écoute du jazz. Dans la discothèque de mes parents, il y avait un disque en trio de Michel Petrucciani, un live au Village Vanguard avec Palle Danielsson et Eliot Zigmund, et là, ça a été le déclic. Je l’écoute encore maintenant, je le trouve toujours magique, c’est différent de ce qu’il a fait par la suite. On m’a trouvé un professeur de jazz, j’ai suivi les stages des Lundis d’Hortense. J’ai fait les humanités artistiques en classique et je suis entré dans la classe d’Eric Legnini, puis chez Kris Defoort pour la composition. 

 

Le conservatoire est un passage obligé ?

Le Conservatoire m’a fait rencontrer des gens, j’y ai acquis des bases, mais c’est vrai que le jazz dans un conservatoire, c’est un débat sans fin. J’ai énormément appris dans les clubs, je n’ai raté aucune jam du Sounds pendant des années. J’avais cours d’histoire de la musique à 8h30 le matin alors que j’étais au Sounds jusque cinq heures, j’allais dans un café prendre le petit-déjeuner avant d’aller au cours. Ce que je fais encore souvent aujourd’hui, c’est aller une fois par mois à Paris pour participer à des jams avec des musiciens d’un niveau incroyable, on y apprend beaucoup. Le conservatoire m’ a été très utile pour développer mon goût pour l’harmonie, ça m’a permis d’avoir des clés. Mais en soit, l’académisme est quelque chose qui ne me va pas. Avec Eric, c’est quelqu’un qui vous nourrit littéralement. La base des musiciens que je fréquente maintenant, comme Igor, sont des gens que j’ai connus au Conservatoire. 

Tu as donc eu Eric Legnini comme professeur.

Eric, j’admire le pianiste, il te donne tes pistes. Au début son cours est très structuré, et par la suite il t’ouvre des pistes. Certains de ses élèves sont inspirés par son côté soul, moi j’étais plus influencé par Bill Evans et Eric m’a donné plein de choses à écouter, des transcriptions. Eric a été très influencé par Kenny Kirkland et on a tous travaillé une improvisation de Kenny Kirkland avec lui, et quand tu rentres là-dedans, tu entres forcément dans l’esthétique d’Eric. Il y a des pianistes que j’admire comme Chick Corea, mais je n’entre pas vraiment dans son esthétique. 

 

Dans un morceau comme Inner Necessity, on entend bien ton attirance pour Bill Evans.

Sans doute inconsciemment. J’écoute Bill Evans toutes les semaines, et souvent les mêmes albums, les sessions au « Village Vanguard, je les écoute chaque semaine. Je transcris plein de ses morceaux. J’écoute aussi beaucoup Keith Jarrett ou Brad Mehldau, et on sent aussi que Bill Evans est présent chez eux. C’est quasi inévitable. Dans les cours d’Eric, on traverse aussi l’histoire du piano jazz de Art Tatum, de Duke Ellington… On se rend compte que tous sont passés par là : quand on écoute Brad Mehldau du début, on entend par moments Wynton Kelly.

On peut aussi penser à Brad Mehldau dans tes influences.

Le travail de la main gauche de Brad Mehldau est quelque chose qui a influencé beaucoup de pianistes actuels, c’est sans doute un effet pervers de l’écoute, mais c’est clair que son travail dans les voicings a amené quelque chose de nouveau, des accords qu’on n’entendait pas avant et sur lesquels on a flashé avec Eric et Vincent Bruyninckx. Le premier accord dans l’intro de Inner Necessity est un accord typique de l’esthétique de Brad Mehldau, il reprend des éléments plus traditionnels qu’il mélange avec de nouveaux accords. Fred Hersch au début, Keith Jarrett faisaient déjà ça et si on regarde les positions de voicings d’Art Tatum ou Oscar Peterson, on retrouve ces deux notes en même temps, mais jamais systématisées comme Brad l’a fait, il en a fait comme une recette. 

 

La thématique dans un album, c’est nécessaire ?

Je suis inscrit là-dedans, j’ai des choses qui me touchent et forcément quand j’écris, ça transparait. Kris Defoort m’a dit que je devais travailler la composition comme on travaille l’instrument et ne pas attendre l’inspiration : compose, compose, compose… J’ai écrit quarante morceaux pour le quintet, certains me prennent un mois. Quand j’ai composé, je choisi un titre et par rapport au sujet des migrants, j’y pense beaucoup. Quand j’ai le temps, je vais aider à faire à manger, ce sont des choses qui m’habitent. Je ne sais pas si ça m’inspire vraiment, mais ça correspond à l’état d’esprit dans lequel je me trouve à un moment précis. 

Il y a aussi un côté artiste maudit qui t’inspire : Rimbaud, Sixto Rodriguez, un artiste que tu es allé chercher où ?

J’ai vu le documentaire sur lui il y a déjà un moment. Lorsqu’ on a formé le trio, je n’avais que quelques compositions personnelles et j’ai cherché quelques reprises possibles pour un album. J’ai réécouté les Beatles, j’ai pensé faire une reprise de Jacques Brel. Puis j’ai réécouté ce vynil de Rodriguez, la mélodie est très forte, je l’ai réharmonisée, j’ai changé le rythme. J’ai aussi trouvé le morceau très inspirant, simple et fort comme la pop peut le faire. 

Et Hey Jude ?

C’est un morceau qui au départ ne se prête pas trop au jazz. Il y a des accords en triades qu’on a dans le gospel. Les premiers accords ne sont pas du tout ceux de l’original, j’ai changé le feeling, plus aérien et plus avec un ostinato avec une pédale. C’est un morceau plaisant à jouer, j’ai écrit une structure courte de huit mesures qui permet plus de liberté dans l’improvisation. 

 

Tu conserves trois morceaux « live ».

Le studio a été fait en novembre 2017, on avait 49 minutes de musique, donc assez pour un album. Le groupe a beaucoup joué par la suite et je me suis dit que présenter l’évolution du trio était une bonne chose. J’ai trouvé qu’un mix entre le studio et le live était une bonne idée. 

Tu n’as pas encore cité Monk et tu reprends « Monk’s Dream ».

Le morceau de Monk n’était pas prévu dans le cédé. On l’a fait dans le set de façon spontanée, je l’avais écouté le matin même et je trouve que cette version est pleine de fraîcheur, il y a beaucoup d’interaction, comme souvent en « live ». Monk est un cas à part, très atypique. 

Peux-tu me parler de tes partenaires français du trio ?

Alex Gilson a été installé à Bruxelles quelque temps, on a joué au « Sounds » ensemble, on s’est dit qu’on pourrait faire une tournée, il falllait trouver un batteur… Je lui ai dit de choisir quelqu’un que je ne connaissais pas et il m’a proposé Jean-Baptiste Pinet. On a mis deux ou trois concerts pour se trouver, mais au quatrième, à Thionville dans un petit club qui s’appelle le « Why Not », on s’est regardé à la fin du concert et là, on se trouvait de façon instantanée. L’année suivante on a mis en place une tournée de douze dates. Je cherche un équilibre dans le trio : avec Alex, ce qui l’intéresse c’est de swinguer, d’être en connexion avec la charleston du batteur, Alex tient la route, ce qui nous libère. Eux deux jouent du coup beaucoup ensemble, ce qui rend la cohésion du duo de plus en plus solide. 

Le problème en Belgique, c’est le manque d’espace pour s’exprimer en live.

On a peu de concerts en Belgique, 65-75% des concerts sont en France… Quand on était à Edimbourg (pour THRILL, une opération de promotion du jazz belge) et que Maaike Wuyts a fait l’inventaire de ce qui existe en Belgique, c’était impressionnant. Mais le problème qui existe en Wallonie et qui est très concret, c’est qu’on a du mal à s’exporter et à trouver des choses cohérentes au niveau du développement de la carrière, au niveau des agents, des managers… Si on veut que ça fonctionne, ça doit passer par des agents subventionnés pour se lancer, mais on en est loin. Pour un musiciens, c’est hyper-chronophage de prendre tout cela en charge. Dans mon cas, je m’occupe aussi des « Lundis d’Hortense » pour lequel j’ai des projets, mais il faut que je joue du piano, que je m’occupe de booking, que je fasse l’attaché de presse, le tour-manager… Pour le moment, je gère tout ça, mais ça ne peut pas durer des années. J’espère trouver un agent qui me déchargera de la gestion de tournées, de contrats, de cachets…

Tu es aussi membre actif du Facir.

Je suis membre du Facir en tant que président des Lundis D’Hortense. C’est une structure qui fait du bon boulot, qui va aborder les problématiques dont je viens de parler. Si on met en parallèle avec le milieu du théâtre, que je connais un peu, on a du mal à fédérer les gens dans le secteur musical. Si on allait ensemble défendre les musiciens, ça aurait plus de poids. Quand on voit la manne culturelle au niveau des musiques non-classiques, ce sont des cacahuètes. 

"6 originals pieces, often suffused with melancholy, shows the work of a gifted composer"

"One of the Belgian pianist that could put his mark on the Belgian and European scene in the next few years" 

Nieuwe cd en meteen ook een nieuw trio voor Joachim Caffonnette. Zin voor melodie, overtuigd engagement, liefde voor poëzie en een zweem van ironie zijn gebleven.

 

De titels van zijn composities en de achterliggende verhalen zijn altijd al een sterk punt geweest bij Caffonnette. Dat de cd opent met ‘Perspectives’ is dan ook niet toevallig. Een zacht reflecterende melodielijn zonder veel ornamenten als weerspiegeling van de artiest die een tijd geleden een stap terugzette om na te denken over zijn muzikantenleven en de verschillende mogelijke toekomstperspectieven gekoppeld aan een maatschappelijke context. Een nummer dat uit de ECM-catalogus geplukt lijkt. ‘Inner Necessity’ sluit daarbij aan, zij het dat bassist Alex Gilson en drummer Jean Baptiste Pinet de pianist toch wat wakker schudden en hem verplichten concrete maatregelen te nemen.

In het cd-boekje, passend geïllustreerd door Daniel Daniel, geeft Caffonnette de nodige achtergrondinformatie bij elke compositie. Een moedige zet, vooral door de maatschappelijke en sociale stellingnames die hij poneert. Hierdoor vertrek je als luisteraar soms met een foute luisterinstelling. Het is wat onbegrijpelijk dat hij met al die opgekropte woede muzikaal niet heviger tekeergaat en op die manier zijn statement steviger onderlijnt. Een voorbeeld hiervan is het zwaar beladen ‘A Mawda’ (opgedragen aan het meisje dat stierf door een politiekogel) dat baadt in een haast speels aura terwijl je een opgestoken vuist verwacht.

Daartegenover staat dan dat zijn bewerking van ‘Hey Jude’ (Lennon & McCartney) een waar pareltje is. Zeker live tijdens de cd-presentatie in Theater Marni (Brussel) was dat een van de hoogtepunten, samen met zijn bewerking van Brels ‘Ne Me Quitte Pas’. De humor is er aan de hand van ‘Jax And Reddy’. Althans het verhaal hierachter, muzikaal is dit dan weer een sterk staaltje melancholie à la Caffonnette. Dankzij Thelonious Monk zijn ‘Monk’s Dream’ is er ook nog wat ruimte voor classic swing.

Joachim Caffonnette is iemand die standpunten durft in te nemen. Als pianist is hij vooral een poëet met een duidelijke liefde voor lyrisme. ‘Vers L’Azur Noir’ (een rechtstreekse verwijzing naar zowel een gedicht van Rimbaud als naar de kleur van de zee die het graf vormt van bootvluchtelingen) is uiteindelijk gehuld in een nevel van tristesse en melancholie wat leidt tot een eerder introspectieve luisterbeleving en zijn boodschap wat in de kiem smoort. Best een eerste keer beluisteren zonder de bijgevoegde teksten te lezen. 

"Son adaptation de "Hey Jude" (Lennon & McCartney) est un véritable bijou."

 

"Caffonnette adaptation of "Hey Jude" (Lennon/McCartney) is real gem."

 

Der Brüsseler Pianist und Komponist Joachim Caffonnette stellt mit diesem Album nicht nur die klassische Form des Jazztrios vor, sondern sein zweites Album als Bandleader. Unter den neun aufgenommenen Stücken stammen sechs aus der Feder Caffonnettes. Eine Verneigung vor Thelonious Monk ist mit „Monk‘s Dream“ ebenso auf dem Album zu hören wie zwei Rock- und Popstandards,  „Hey Jude“ (The Beatles) und  „Sugar Man“ (Sixto Rodriguez). Teilweise wurde das Album live aufgenommen. Das gilt für die letzten drei Titel „A Mawda“, „Monk‘s Dream“ und „Jax and Ready“.

 

Ein Gedicht von Arthur Rimbaud, das die aktuelle Tragödie der Migration übers Mittelmeer in sehr poetischer Weise vorwegnahm, war maßgeblich für den Albumtitel: „Vers L‘Azur Noir“. Die nachstehenden Verszeilen – zu finden im Booklet - beschreiben die fatale Hoffnung auf ein besseres Leben, auf eine gesicherte Zukunft; einziges Hindernis das Meer: „Ainsi, toujours, vers l’azur noir /Où tremble la mer des topazes,/Fonctionneront dans ton soir /Les Lys, ces clystères d’extases!“ Zugleich aber ist auch Verderben allgegenwärtig, was sich auch in dem Cover des Albums, einem Aquarell, in dezidierter Bildsprache ausdrückt: Einsam steht ein Mensch in einem seeuntüchtigen Kahn. Oder ist es ein Schlauchboot, das Luft verloren hat? Das Azurblau des Meeres geht in schwarze aufgewühlte Wellen über. Schwarz steht dabei wohl für Gefahr und das Ungewisse, oder? Und am Rande des Aquarells ist auch noch ein Strudeltrichter zu erkennen.

„Perspective“ lautet der erste Titel des Albums. Überaus lyrisch ist der Beginn des Albums, das Caffonnette mit den aus Frankreich stammenden Musikern Alex Gilson am Bass und Jean-Baptiste Pinet am Schlagzeug eingespielt hat. Klassische Anmutungen sind bei den ausgiebigen, dahin rinnenden Pianopassagen nicht zu überhören. Das Trio evoziert das Bild des beginnenden Frühlings mit aufgehenden Knospen, mit lauem Lüftlein und wärmenden Sonnenstrahlen.

Das Trio „beschwört“ auch das „innere Bedürfnis“ („Inner Necessity“). Der Titel bezieht sich dabei auf eine Aussage des Malers Wassily Kandinsky, der vor allem aufgrund seiner figurativ-abstrakten Landschaften bekannt geworden ist und Teil der Künstlervereinigung „Blauer Reiter“ war. Im Booklet wird Kandinsky u . a. mit folgenden Worten bezüglich der Aufgabe eines Künstlers zitiert: “His open eyes must be directed to his inner life and his ears must be constantly attuned to the voice of inner necessity.“

Organisch entwickelt sich das Stück. Dabei verquicken sich Passagen miteinander, die auf Leichtlebigkeit hindeuten. Die Schwere des Lebens ist gänzlich fern. Unbekümmert wird das Leben gemeistert, so suggeriert es Caffonnettes sehr dynamisches Spiel, dem auch eine gewisse Monk-Attitüde innewohnt. Breiter Raum wird dem Drummer Jean-Baptiste Pinet für ein Solo eingeräumt, das einem klanglichen Lavafluss gleicht. Trommelsalven entladen sich, ehe dann Caffonnette wieder das musikalische Zepter in die Hand nimmt.

Mit der Versklavung von afrikanischen Migranten, die in Libyen gestrandet sind, befasst sich Caffonnette in „Tripoli‘s Sorrow“. All die Tragik und das Drama der Gestrandeten bündelt sich in dem solistischen Vortrag, ohne „der Schwere eines Richard Wagners“ zu verfallen. Das „Mare Nostrum“ scheint in weiter Ferne und schlicht ein Mythos. Das Mittelmeer ist eben Todesfalle und Barriere zugleich, um das ersehnte Europa zu erreichen. Die Abschottung Europas lässt wieder Sklaverei in einem zerfallen Staatsgebilde namens Libyen entstehen.

Beinahe vergessen ist der aus Detroit gebürtige Singer-Songwriter Sixto Rodriguez, der in Südafrika zurzeit der Apartheid ein gefeierter Rock- und Popstar war, aber von den Einnahmen aus Plattenverkäufen und Konzerten so gut wie nie etwas gesehen hat. Statt dessen musste er sich als Bauarbeiter verdingen, um seine Familie durchzubringen. Erst eine 2012 entstandene Dokumentation hat Sixto Rodriguez wieder ins Bewusstsein der Musikwelt gerückt. Rodriguez ist der Hit „Sugar Man“ zu verdanken, den Caffonnette in eine eigene Form gegossen hat, weniger rockig als im Original und dem Jazztrio angepasst. Sehr exquisit ist das brodelnde Basssolo als integraler Bestandteil der Interpretation des Rockstandards.

Ein Hauch von Melancholie umweht „Vers L‘Azur Noir“. Zugleich meint man, dass Caffonette mit seinen Tastensetzungen auch die Ruhe vor dem Sturm einfängt. Dabei verliert er sich nicht im Diskant, sondern ruht in den erdigen Basstönen.

Und warum die Aufnahme einer Komposition von Monk Aufnahme gefunden hat, fragt man sich gewiss: Die Antwort findet man im Booklet und im O-Ton Caffonnettes: „We certainly hadn’t planned on recording this track. I never rehearsed it but it was on my mind the week before the concert when we recorded it. Thinking that the genius of Thelonious Monk would add a refreshing touch to the set, we played it for a question of balance. ...“. Ja, Caffonnette versteht sich auf die „Sprungschritte“, die für Monk so typisch sind, ganz im Sinne von „Plink, Plank, Plonk – that is Monk!“ Einem ähnlichen Duktus ist bei diesem Stück auch Alex Gilson verfallen. Neben dem typischen Monk-Duktus erweist sich Caffonnette aber auch als versiert in „diskanten Stromschnellen“. Stets findet er aber in das Plink und Plonk zurück. Trommelsalven steuert Jean-Baptiste Pinet zu diesem Stück in einem Solo bei. Dass wir Klatschen auf der Aufnahme hören, hängt mit dem Livemitschnitt dieses Songs zusammen.

Mit einer eher von Humor gekennzeichneten Geschichte der beiden Freunde Jax und Reddy lässt das Trio das Album ausklingen. Das ungleiche Paar, der eine schwarz und der andere weiß, wollte den gleichen Haarschnitt tragen, um „unverwechselbar“ zu sein. Welch eine Ironie! Ein wenig erinnert der Vortrag des Trios an eine Ballade. Auch Momente eines Popsongs scheinen bei dieser Komposition eine Rolle zu spielen.

 

Die Richtung ist vorgegeben, auch wenn wir nicht wissen, woher und aus welcher Farbe sie kommen. Es geht ins tief dunkle Azurblau-schwarz: das belgische Trio um den Pianisten Joachim Caffonnette kennt Morbidität, die Überfahrt über den Stxy (Wasser des Grauens) in den Hades, die Werke von James Ensor (1860-1945) und die Symbolisten. Das zumindest verspricht das Album-Cover, der nun erscheinenden Sammlung von neun Stücken.

Die Brüsseler Jazzszene ist reicher geworden – der französische Kontrabassist Alex Gilson traf in der europäischen Hauptstadt ein und zog in seinem Sog Schlagzeuger Jean-Baptiste Pinet mit ins Trio. Die ersten Touren wurden geplant und Ende 2017 ging es ins legendäre Jet Studio in Brüssel, um ein Album aufzunehmen, das Caffonnettes Originale sowie diverse Arrangements von Pop-Stücken digital auf Platte bannte. Alles verfeinert schließlich in den bauer Studios in Ludwigsburg.

Waren die ersten Touren nach Belgien, Frankreich und Luxemburg noch eilig zusammenorganisiert worden – schließlich mussten sich die drei Musiker erst einmal kennenlernen – kam schnell zum Vorschein wie ergänzend und gemeinschaftlich visionär die drei sind.
Die ersten Live-Sets des Joachim Caffonnette Trios basierten im Wesentlichen auf Standards. Nach und nach legte Caffonnette seine einigen Kompositionen und Arrangements auf den Tisch, die er speziell für das Trio geschrieben hatte. Das kam an und war quantitativ und qualitativ genug Material um eine Weile im Studio zu verschwinde.
Das ursprüngliche Tour-Repertoire sollte durch Jazz-Arrangements von Pop-Klassikern der Beatles und Sixto Rodriguez erweitert werden. Das Kennzeichen von Caffonnette, das bereits in der früheren Arbeit des jungen Komponisten voll entwickelt wurde, ist sofort erkennbar.
Reichhaltig in Harmonien werden die kraftvollen Melodien in einer tief verwurzelten europäischen Tradition getragen. Geführt und geleitet werden fast alle Stücke vom Klavier. Im Spiel entfaltet sich die volle Energie und das Können von Caffonnette und seinen Mitstreitern. Es ist wahrlich so, als ob der Konzertbesucher und Album-Hörer an einem Match beteiligt wird, er gezogen wird in den Bann einer andauernden Spannung, voller Spielfreude und gegenseitigem Zuspiel. Selbst in den ruhigen Stücken wie beiv „Tripoli’s Sorrow“ (Track 3) kommt durch den zunächst fordernden Anschlag der Wechsel zur Weichheit, ja fast schon umschmeichelnden Zärtlichkeit zum Solo-Instrument zum Tragen.

Selbst bei so bekannten Stücken wie „Hey Jude“ (Track 4) „Monk’s Dream“ (8) kommen keine Langweile oder eklektizistische Züge auf. Die musikalische Fließgeschwindigkeit ist perfekt, zwischendurch mit ein paar akzentuierten salvatorischen Tastenübungen ergänzt und melodischen Ausflügen, Umspielungen und tänzelnden Bewegungen zu einem Gesamtklang gebracht, der Freude bereitet.

Tiefe liegt über dem fünften Stück, jenem, der dem Album den Titel gab. Es zeugt allerdings nicht nur von Tiefe, sondern auch von Weite, ohne, dass Raum definiert werden muss. Arthur Rimbaud lieh seine Zeilen eines wunderbaren Gedichts namens „Ce qu’on dit au poète à propos de fleurs“ (1871), mit den lyrischen Worten:
Ainsi, toujours, vers l’azur noir
Où tremble la mer des topazes,
Fonctionneront dans ton soir
Les Lys, ces clystères d’extases !

Anja Pompke schrieb in Ihrem Buch „Peter Handke – Pop als poetisches Prinzig“ zu diesem Rimbaud-Gedicht: „Hier wird die vielbesungene Flora des Dichters mit ihren Lilien, Rosen und Veilchen als Marotte betulicher Salonpoeten abgetan.“ Musikalischer Kommetar vom Joachim Caffonnette Trio: Vers L’azur noir…

"Harmonies riches et mélodies puissantes s'inscrivent dans une tradition européenne profondément enracinée"

"Même dans des pièces aussi connues que "Hey Jude" (4) ou "Monk's Dream" (8), on ne s'ennuie pas et le propos reste juste. Le flux musical est parfait, agrémenté par les excursions mélodiques et la maitrise de l'indépendance du pianiste. Une belle réécriture pour un son total qui procure de la joie."

"Harmonic richness and powerful melodies are in line with a deeply rooted European tradition" 

"Even during famous pieces such as "Hey Jude" (4) or "Monk's Dream" (8), you never get bored and the aim stays clear. The musical flow in perfect, liven up by melodic excursions of the pianist. A lovely rewriting for a complete sound that provides joy." 

 
 

Vers l’azur noir. C’est une formule du pianiste belge Joachim Caffonnette qui s’est rendu compte ensuite qu’Arthur Rimbaud l’avait utilisée dans un de ses poèmes. Dont quatre vers illustrent bien une des grandes tragédies de notre époque, le voyage de ces migrants qui se projettent dans l’azur noir. Le pianiste explique ainsi la plupart de ses morceaux, dédiés à feu la petite Mawda, aux esclaves... Comme si la musique ne se suffisait pas à elle-même. « Bien sûr, elle se suffit mais s’inscrire plus globalement dans quelque chose, ça a du sens et ça permet d’écouter autrement, explique le musicien. Ces thèmes me nourrissent pendant que j’écris et j’aime bien l’expliquer. » La tragédie des migrants ? « Ça me touche, je m’implique d’ailleurs, je fais à manger pour les réfugiés. En parler avec ma musique, c’est profiter d’une tribune. Pour moi, être un artiste engagé, c’est naturel. » Joachim est ici en trio avec le contrebassiste Alex Gilson et le batteur Jean-Baptiste Pinet, deux Français. Leur musique, c’est du jazz contemporain sans être d’avant-garde. « On est dans la continuité, dit-il. Personne n’aurait écrit ces harmonies, il y a 30 ans mais il y a clairement filiation avec l’histoire des trios de piano. Parce qu’il y a encore à dire dans ce langage-là. » Six morceaux en studio, trois en concert. « Comme ça, ça allie l’énergie, la spontanéité et l’interaction inimitables du life et la précision du studio. » Un album remarquablement réussi. On vous le recommande. Comme le concert de sortie, ce jeudi 18 au Marni, à Ixelles.

"A remarkably successful album. We recommend it." 

Le pianiste Joachim Caffonnette appartient à la génération montante du jazz belge. Pour son deuxième album « Vers l’Azur Noir » il s’associe à une section rythmique énergique. Le jeu interactif du trio est habité par un swing omniprésent. La richesse harmonique du propos soutient des mélodies alertes ou poétiques. A suivre avec attention !

Après plusieurs années passées à jouer en quintet, le pianiste belge Joachim Caffonnette rencontre le contrebassiste français Alex Gilson. Sur le conseil de ce dernier, en avril 2017 il fait appel au batteur français Jean-Baptiste Pinet. Les trois musiciens s’entendent à merveille.

Au printemps 2017 ils entreprennent une tournée entre Belgique, Luxembourg et France qui leur permet de trouver leur son. A la suite de cela ils conçoivent d’enregistrer un album annoncé pour le 19 avril 2019. Son titre « Vers l’Azur Noir » fait référence à un poème de Rimbaud.

L’album est dédié à tous les migrants désespérés qui se lancent vers la Méditerranée comme vers une illusoire « mer des topazes » qui se transforme en un « azur noir » où se noie leur espoir. Plusieurs titres de l’album évoquent d’ailleurs cette problématique vis à vis de laquelle Joachim Caffonnette est fort impliqué.

« Vers l’Azur Noir »

« Vers l’Azur Noir » (Neuklang Records/See List) propose un répertoire de neuf titres parmi lesquelles six compositions du leader et trois reprises. Deux titres pop-rock, Hey Jude de Paul McCartney (dédié à Julian, le fils de John Lennon) et Sugar Man de Sixto Rodriguez. Un standard de jazz redevable à Thelonious Monk, Monk’s Dream.

A six titres enregistrés au Jet Studio de Bruxelles en novembre 2017 par Angelica Roca et mixées par Vincent De Bast, le groupe a ajouté trois morceaux captés live par Vincent de Bast lors d’un concert à la Cellule 133a à Bruxelles en septembre 2018. Grâce à cette proposition on saisit à la fois la précision du travail du trio en studio et la spontanéité des échanges en concert.

Cette double perception de la musique du trio permet de saisir l’écoute interactive qui relie les musiciens et le jeu symbiotique qu’ils développent. On appréhende ainsi la richesse harmonique des textures et les lignes mélodiques poétiques ou vivaces développées par le trio.

Au fil des titres

 

Les six premiers titres restituent le travail du trio en studio.

Après une délicate mélodie romantique, Perspectives se densifie harmoniquement et fait référence au contrepoint de Bach. La musique tourbillonne et l’on perçoit la synergie qui règne au sein du trio. Pris sur un tempo plus rapide, Inner Necessity déroule un swing fluide et souple auquel le superbe solo du batterie apporte une respiration.

Entre ténèbres et lumière, le piano interprète en solo Tripoli’s Sorrow, une élégante ballade élégiaque au parfum evansien. Le trio enchaîne avec une version lumineuse et pleine de fraîcheur de Hey Jude dont le développement restitue tout à fait l’esprit de l’original… il manque juste la coda et les na, na, na qu’on est tenté de fredonner in petto.

Intitulé en référence aux derniers mots du premier vers de « Ce qu’on dit au Poète à propos de fleurs » écrit par Arthur Rimbaud en 1871, Vers l’Azur Noir magnifie le versus lyrique du trio dont la poétique musicale ne restitue en rien l’ironie dont le texte rimbaldien est imprégné.

Pris sur un tempo jazz médium, Sugar Man prend ses distances avec la version originale du titre que Sixto Rodriguez a créé lors de sa brève carrière aux USA entre 1967 et 1971 et que l’on a retrouvé en 2013 après un regain de succès en Afrique du Sud en 1998. Avec son alternance de solos, la valse tendre inscrit son format dans un jazz on ne peut plus classique qui magnifie le thème.

Enregistrés live, les trois derniers titres captent l’impact du trio sur le public.

Sur À Mawda, la section rythmique accompagne avec ardeur le jeu effervescent du piano qui porte l’expression de sa colère vis à vis de la mort dramatique de la fillette kurde à qui est dédiée la chanson.

Le trio groove et semble s’amuser sur les presque huit minutes que dure Monk’s Dream. Dans le pur esprit de la composition de Monk, le piano ludique et élastique articule un chorus ponctué de virgules. Les séquences saccadées et les distorsions harmoniques nourrissent le propos du pianiste auquel le batteur répond par un solo fort inspiré.

Jax and Reddy marque la fin du voyage.  Cet épilogue met en évidence le goût du piano pour le décalage qu’il maîtrise d’ailleurs à la perfection, le souple mais solide soutien de la contrebasse et la réactivité admirable de la batterie.

 

La sortie de « Vers l’Azur Noir » donne à découvrir Joachim Caffonnette Trio. Un univers où lyrisme et dynamisme se disputent la préséance. Traversé par le swing et porté par une complicité perceptible, l’album propose une musique fort équilibrée où mélodie, harmonie et  improvisation coexistent avec bonheur.

"The harmonic richness of this work serves lively and poetics melodies. Keep an eye on them !"

"The release of "Vers l'azur noir" gives us the chance to discover the Joachim Caffonnette Trio. A music that alternate between lyricism and dynamism. Marked with swing and supported by a perceptible complicity, the album shows a well balanced music where melodies, harmony and improvisation coexist happily" 

"La grosse différence avec la plupart des autres groupes, c’est qu’on a ce bel équilibre où il y a tout : Il y a la mélodie, les harmonies complexes, les improvisations. […] On a l’impression qu’il y a un travail qui est plus abouti." 

"The main difference with many other bands is this good balance where everything is there : melodies, complexes harmonies and improvisations. […] We've the feeling of a well accomplished work ." 

On a déjà dit dans ces pages tout le bien qu'on pensait du quintet de Joachim Caffonnette et de son album Simplexity. Revoici le pianiste dans un contexte différent né de la rencontre il y a deux ans avec le contrebassiste Alex Gilson et le batteur Jean-Baptiste Pinet, tous deux d'origine française. Après avoir mis leur entente à l'épreuve et développé leur synergie sur différentes scènes, les trois musiciens ont décidé de réaliser un album en trio qu'ils ont intitulé Vers l'Azur Noir en référence à un poème de Rimbaud mais aussi à la tragédie actuelle des migrants morts en Méditerranée sur la route de l'Europe.

Ce premier disque enregistré en deux temps donne un aperçu complet des possibilités du trio. Il comprend en effet six titres enregistrés en novembre 2017 au Jet Studio et trois autres captés live sur une scène bruxelloise. Les premiers privilégient des thèmes originaux, tous écrits par le pianiste, mettant en valeur les mélodies, les harmonies et l'agencement des différentes parties. On voit ainsi émerger un saisissant trio d'une grande homogénéité capable de faire vivre des pièces chatoyantes qui comportent de chatoyantes improvisations dans lesquelles le pianiste déploie ses ailes en entraînant ses partenaires dans son sillage. Ça swingue parfois avec fougue comme dans Inner Necessity tandis qu'ailleurs, le trio se fait plus introspectif en déroulant de beaux accords profonds, nuancés et empreints de lyrisme. Le groupe reprend aussi deux chansons populaires traitées avec beaucoup de sensibilité : le célèbre Hey Dude de Paul McCartney et, plus surprenant, Sugar Man, sorti en 1972 par Sixto Rodriguez.

Les trois titres "live" restants sont, comme on pouvait s'y attendre, plus libres et mettent encore davantage en exergue l'interaction entre les membres du trio. Très chaleureux et boisé, le son d'ensemble est admirable. À Mawda qui swingue avec beaucoup d'allant s'attire en finale une salve nourrie d'applaudissements tandis que Monk's Dream démontre que le trio connaît ses classiques sur le bout des doigts.


Héritier de ceux enregistrés jadis par des Gardner, Kelly, Evans ou Monk, cet album, qui parvient encore à nous surprendre et à nous éblouir par sa stupéfiante musicalité, nous rappelle combien le trio de piano acoustique est une configuration inusable. 

" Legacy of albums once recorded by Gardner, Kelly, Bill Evans or Monk, this cd manage to surprise and to amaze us with its astounding musicality, reminding us how much the acoustic piano trio is a timeless setup ".  

 
 
 
  • Blanc Spotify Icône
  • White Facebook Icon
  • White YouTube Icon
  • White Instagram Icon